Edito

François Welter (directeur du CARHOP)

Que pouvons-nous dire de l’impact de la crise sanitaire et sociale actuelle ? Depuis plusieurs mois, la société belge est touchée par une pandémie aux effets dévastateurs : sur la santé physique et mentale, sur les relations humaines, sur le travail et le sens de celui-ci. Le confinement, particulièrement, est vécu comme une expérience multiple, oscillant entre la création de nouvelles solidarités et l’isolement ; entre le maintien, voire le renforcement, d’un certain confort et le creusement des inégalités ; entre les introspections sur notre mode de vie et l’urgence sanitaire et sociale ; entre le maintien d’une activité économique et le chômage. Le confinement et la crise sanitaire mettent en exergue des situations préexistantes et engendrent de multiples disparités dans les vécus.

Une fois n’est pas coutume, les historien.ne.s du CARHOP s’appuient sur l’expérience collective du confinement, qu’ils ont également vécue à leur niveau, pour construire, sans contributeur.trice extérieur.e, un 12e numéro autour de la crise sanitaire et sociale de la Covid-19. Dès avril, la nécessité de récolter et conserver la mémoire du confinement s’impose : interpeller des acteurs et actrices du secteur associatif et des organisations syndicales à propos de leurs réalités de terrain et des stratégies de résistance devient, dans la foulée, une évidence. Cette démarche collective, d’équipe, amorce de nouvelles prospections de traces et recherches de compréhension de ce qui se joue actuellement. C’est donc un numéro en prise avec des faits, des émotions, des jugements très actuels qui se déploie au fil de la lecture de ses articles. À cet égard, il constitue une série de photographies d’expériences et de stratégies de lutte sur lesquelles les historien.ne.s tentent d’ébaucher une première analyse.

Directement, ou en filigrane, ce 12e numéro interroge les atouts et les limites de l’analyse historique de faits si contemporains. La démarche empirique a au moins le mérite de mettre au cœur du travail des historien.ne.s les témoignages des acteurs et actrices de terrain, avec leurs souffrances, leurs inquiétudes, leurs questionnements, leurs actions. Elle montre aussi qu’une approche nuancée des phénomènes en cours requiert de croiser les approches, postulant ainsi que, si l’histoire seule n’est pas suffisante pour construire des clés de compréhension, elle est tout aussi légitime que la sociologie, la psychologie, les sciences politiques et d’autres sciences humaines, pour déployer un « Voir » et un « Juger ».

Introduction au dossier : Mobilisations syndicales et associatives face à la crise sanitaire et sociale

PDF

Louise Di Senzo (bibliothécaire-documentaliste au CARHOP asbl)
Amélie Roucloux (historienne au CARHOP asbl)

Le 18 mars 2020, pour faire face à l’arrivée de la pandémie de la Covid-19, la Belgique entre en confinement, ce qui engendre des réalités variables. Ainsi, si le secteur de l’Horeca ferme ses portes, le secteur hospitalier est sur la brèche. Ces situations inédites amènent le Centre d’animation et de recherche en histoire ouvrière et populaire (CARHOP) à interroger des acteurs et actrices de terrain afin de prendre la mesure de ce qui s’y joue. Les milieux associatifs et syndicaux sont sollicités. Ils rendent compte de leurs réalités de travail et du sens que prend celui-ci face au confinement. Dans le même temps, ils révèlent leurs stratégies de résistance pour pallier aux conséquences de la crise sanitaire et à celles de la crise sociale, cette dernière prenant de l’ampleur de jour en jour. De facto, leurs publics s’inscrivent au centre de leurs réflexions et de leurs actions. C’est au cœur de ces questions que plonge l’équipe du CARHOP dans ce douzième numéro de Dynamiques. Histoire sociale en revue. Toutefois, l’extrême proximité temporelle de l’événement demande de définir un axe méthodologique.

L’histoire du présent, une méthodologie
Les historien.ne.s et le présent

Tout au long du 19e siècle, les historien.ne.s de profession se méfient du passé récent. Ils et elles craignent une trop grande proximité temporelle avec leur sujet. D’une part parce que cela risquerait d’entraîner un manque de recul pour évaluer, à charge ou à décharge, le phénomène étudié. D’autre part parce que les historien.ne.s craignent d’être embrigadé.e.s de manière (in)volontaire dans les turpitudes de l’actualité. Ils et elles privilégient donc l’étude de sujets éloignés de leur actualité, créant ainsi une césure stricte entre le passé et le présent.

Jusqu’à la moitié du 20e siècle, parler d’un événement récent est un exercice auquel les historien.ne.s se risquent peu. Puis, progressivement, les historien.ne.s questionnent de nouveaux champs d’investigation (histoire orale, histoire du genre, histoire populaire, etc.) et développent, pour ce faire, de nouvelles grilles de lecture de l’histoire, parfois inspirées d’autres sciences sociales. De plus en plus d’historien.ne.s constatent également qu’il est possible de replacer des évènements actuels dans une historicité plus longue. La césure entre le passé et le présent s’atténue.

L’étude du passé récent, voire du présent, commence à trouver une reconnaissance universitaire en France et en Belgique à la fin du 20e siècle. L’objectivité de l’historien.ne n’est plus interrogée par rapport à sa distance temporelle avec le sujet étudié, mais plutôt par rapport à son recul méthodologique avec ledit sujet. Parallèlement, la méconnaissance du futur et des (dis)continuités des trames historiques étudiées permet à l’historien.ne d’interroger les champs des possibles.[1]

L’outil historique en éducation permanente

Dans une optique d’éducation permanente, l’historien.ne donne la parole aux acteurs et actrices de l’histoire étudiée. De cette manière, ils et elles peuvent faire remonter un vécu, c’est-à-dire exprimer les enjeux auxquels ils et elles ont été confronté.e.s et les stratégies qu’ils et elles ont mis en place pour y faire face. Les historien.ne.s recueillent ces récits et les mettent en perspective dans un contexte social, politique, économique ou culturel plus large. Ainsi, l’outil historique utilisé en éducation permanente permet aux acteurs et actrices de s’approprier leur histoire, de l’inscrire dans un contexte plus large, et de la valoriser auprès du grand public.

Les rédacteurs et rédactrices de cette revue s’inscrivent dans cette dynamique et donnent la parole à des acteurs et actrices du tissu associatif et des syndicats. Ces dernier.ère.s reviennent sur la période de confinement en Belgique ainsi que sur son impact sur leurs publics et leur métier. S’effaçant parfois complètement au profit du récit des témoins, l’équipe du CARHOP utilise des méthodes qu’elle connaît bien pour porter et accompagner la parole des acteurs et actrices de terrain.

À noter toutefois que la temporalité de l’événement abordé est complexe pour les historien.ne.s. S’ils et elles peuvent dorénavant interroger le passé récent, voire le présent, la démarche n’en reste pas moins périlleuse pour l’étude de la période de confinement en Belgique. En effet, l’événement est court, isolé et très proche. Il est, dès lors, difficile pour les historien.ne.s d’utiliser leurs outils habituels (analyse comparative, analyse des « lignes de fuite » de l’événement, analyse détaillée de l’espace socioéconomique durant lequel survient l’événement, etc.). L’actualité de l’événement constitue une autre difficulté pour les historien.ne.s. En effet, si la phase de déconfinement débute en mai 2020 en Belgique, il n’est pas certain que l’émotivité qui a accompagné cet événement ait totalement disparu au moment de publier cette revue. Afin de ne pas être happé.e par les turpitudes de l’actualité, les rédacteurs et rédactrices proposent un regard photographique, tentant quelques constats et de ténus fils rouges. Un arrêt sur image qu’ils et elles historicisent parfois, c’est-à-dire situent dans le temps et l’espace.

Les archives et la documentation du présent

S’interroger et analyser les réalités de travail et les stratégies de résistance en période de crise requièrent un matériau documentaire et archivistique. C’est là que se rencontrent les deux finalités du CARHOP : la récolte et la conversation des documents et leur exploitation dans une démarche d’éducation permanente. En tant que centre d’archives privées, le CARHOP s’inscrit d’emblée dans une campagne nationale de récolte de traces relatives au confinement. À cette fin, il s’appuie sur des réseaux construits de longue date. L’Association des archivistes francophones de Belgique (AAFB)[2] et son pendant néerlandophone, le Vlaams vereniging voor bibliotheek, archief en documentatie (VVBAD), lancent ainsi la plate-forme Archives de quarantaine archief #AQA qui a pour but « de centraliser et relayer les initiatives des services d’archives durant la période de confinement, mais également d’encourager la collecte de toutes sources pouvant rendre compte de ce moment historique »[3]. Cette plate-forme concrétise à double titre un souhait de longue date de mutualisation. D’une part, elle constitue un centre de ressources pour les professionnels de la gestion de l’information. D’autre part, elle valorise, par le biais d’articles, tout type de ressources relatives à la mémoire du confinement, récoltées par les archivistes et produites par divers publics. Certaines d’entre elles constituent le matériau de base pour la réalisation des articles de cette revue.

Plateforme en ligne : « Archives de quarantaine », https://archivesquarantainearchief.be/fr/

https://archivesquarantainearchief.be/fr/

Continuer la lecture de « Introduction au dossier : Mobilisations syndicales et associatives face à la crise sanitaire et sociale »

Face à la crise, l’action collective par et pour l’histoire

PDF

François Welter (historien au CARHOP asbl)

La crise sanitaire et, dans une moindre mesure, le confinement sont vécus comme une expérience commune. L’intensité de leurs effets divergent en revanche selon les milieux sociaux et les secteurs d’activité économique. Pour les historien.ne.s de l’histoire sociale, cette période exceptionnelle est marquée par le questionnement, les doutes sur leur légitimité à déjà s’introduire dans le temps de l’analyse. Disposent-ils d’un recul suffisant, alors que nous sommes seulement aux prémices d’une crise ? Leur bagage méthodologique est-il suffisant ou doit-il se nourrir d’autres disciplines et expériences en sciences humaines ? Doivent-ils se tenir en retrait, avec le risque de laisser s’évaporer des traces précieuses d’expressions de craintes, de difficultés réelles, de mobilisations ? Au contraire, sont-ils des acteurs essentiels pour comprendre les phénomènes en cours, les interroger et, en cela, construire une base de réflexion nécessaire à la formulation de revendications, de projets d’émancipation ? Cette contribution a pour objet d’expliquer en quoi les crises socioéconomiques sont des moments névralgiques au cours desquels la discipline historique se pose avec d’autant plus d’acuité, par ses dynamiques internes et son propos, comme un outil d’analyse et un support à l’action collective.

L’histoire ouvrière et populaire par ses acteurs et actrices (la fin des années 1970)

Dans les années 1970-1980, après une décennie de plein emploi, la Belgique baigne dans une crise socioéconomique majeure. Aux effets dévastateurs du choc pétrolier de 1973, succèdent les restructurations d’une industrie vieillissante et les fermetures d’usines. La Wallonie, particulièrement, est touchée de plein fouet par la déliquescence de son économie, occasionnant de facto une crise sociale profonde. Des familles entières d’ouvrier.e.s sombrent dans la précarité. Le taux de chômage et de demandeurs d’emploi, l’inflation et le déficit public augmentent sensiblement. La concertation sociale, quant à elle, est mal en point : aux offensives patronales réclamant la nécessité de rétablir les conditions d’une compétitivité des entreprises, les syndicats opposent une attitude défensive, tâchant de protéger le niveau des rémunérations et des prestations sociales. En guise de réponses, les gouvernements successifs mènent depuis 1976 des politiques de redressement dont le contenu ne satisfait ni le patronat, ni les organisations syndicales[1].

Au sein du Mouvement ouvrier chrétien (MOC), les Équipes populaires entrent dans une réflexion sur la crise économique dès 1976. Initiative innovante, elles entendent inscrire l’histoire ouvrière et industrielle « comme colonne vertébrale de la revendication sociale ». L’un de ses permanents, Guy Gossuin, entre en relation avec plusieurs historiens, dont certains sont déjà impliqués dans les formations organisées par le Centre d’Information et d’éducation Populaire (Institut supérieur de culture ouvrière – ISCO) et dont la conception de l’histoire s’articule autour de plusieurs fils rouges, à savoir : la nécessité de penser le passé politiquement et historiquement le présent, de construire une histoire qui s’émancipe de la culture et de l’idéologie dominante pour se consacrer aux dominés, de la concevoir à la fois comme une démarche collective et d’émancipation de ses sujets.

Page de couverture : Cellule mémoire ouvrière de Seraing, Des travailleurs témoignent. 1886-1986, s.l., CARHOP, 1986.

Des discussions et de ces rencontres nait l’idée de présenter une exposition consacrée à « l’Histoire ouvrière » à la rencontre nationale des Équipes populaires, en octobre 1977. Celle-ci s’articule selon la triple approche de la condition ouvrière, de l’action ouvrière et de la revendication ouvrière. En d’autres termes, une nouvelle déclinaison du « Voir-Juger-Agir », une méthode si chère à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC). Dans le même temps, l’historien du mouvement ouvrier, Hubert Dewez[2], intervient à propos de ce que dit l’histoire sur la crise en cours. L’exposition devient itinérante et rencontre un certain succès à Bruxelles et en Wallonie. Dans la foulée, les Équipes populaires et les historiens multiplient les initiatives : expositions régionales, enquête sur la vie ouvrière, etc. Surtout, ils constituent une cellule « Mémoire ouvrière », qui, par la suite, trouvera différents ancrages régionaux : Jumet, Brabant wallon, Seraing[3].

Page de couverture : Cellule mémoire ouvrière de Seraing, Des travailleurs témoignent. 1886-1986, s.l., CARHOP, 1986.

Avec les cellules « Mémoire ouvrière », c’est toute la démarche historique qui est repensée et s’ancre dans le travail en éducation permanente, comme l’explique Monique Van Dieren, permanente communautaire aux Équipes populaires :

[4]. La parole ouvrière et populaire, en ce qu’elle a de plus vivant, par ses témoins et ses acteurs directs, devient centrale[5]. Protagonistes et historien.ne.s donnent corps à une histoire jusqu’alors peu exprimée et/ou entendue. Les cellules « Mémoire ouvrière » contribuent à construire un récit collectif de ce qu’est le monde ouvrier, dans ses conditions de travail et ses revendications, sans toutefois exclure la parole personnelle. Elles construisent en cela des ponts entre un monde d’hier où de grandes luttes ont été menées par les travailleurs et travailleuses qui témoignent et les jeunes générations des années 1970-1980 qui connaissent les emplois précaires, le chômage et le détricotage de la sécurité sociale[6]. Ainsi, en s’appropriant leur histoire et en retraçant une chronologie – l’outil de base en histoire – les militant.e.s et (anciens) travailleur.euse.s créent une grille d’analyse de la crise alors en cours. Les exemples de filiation entre les phénomènes et luttes antérieurs et la situation des années 1980 ne manquent pas. En 1986, l’ouvrage que publie la cellule « Mémoire ouvrière » de Seraing est à cet égard éclairant. Il structure les témoignages de travailleurs autour de questions sociales que sont le travail sous ses différents aspects, les relations dans le milieu du travail, la vie quotidienne et l’immigration, pour, au final, leur conférer un prolongement contemporain. Symptomatique de cette méthode d’approche, la cellule « Mémoire ouvrière » de Seraing fait le constat en 1986 que « si aujourd’hui, on parle de société de consommation, société de loisirs, d’échec de la scolarité, d’échec de la concertation sociale, de société à deux vitesses, etc., ce n’est souvent que l’amplification d’éléments mis en place dans l’entre-deux-guerres »[7]. De ce point de vue, le processus d’éducation permanente alors en œuvre parait évident. Les cellules « Mémoire ouvrière » sont d’ailleurs reconnues par le décret de 1976[8], sous son chapitre II, jusqu’à leur extinction en 1988[9].

Visite de la mine de Blégny par l’équipe du CARHOP, fin des années 1970-début des années 1980 (Archives personnelles de Monique Van Dieren).

Continuer la lecture de « Face à la crise, l’action collective par et pour l’histoire »

Toutes et tous dans le même bateau !? Vraiment ? L’éducation populaire sous confinement avec le MOC Bruxelles

PDF

Julien Tondeur (historien au CARHOP asbl)

C’est en découvrant sur les réseaux sociaux les témoignages présents sur les plateformes « Les Confins »[1] que l’idée de travailler sur l’action du Mouvement ouvrier chrétien (MOC) de Bruxelles lors de la pandémie de la Covid-19 s’est imposée. Les vécus souvent crus, voire brutaux, rassemblés sur ces plateformes par les organisations et groupes constitutifs du MOC de Bruxelles, exposent la violence d’une crise sociale et sanitaire qui impacte le quotidien des plus précarisé.e.s. Ces témoignages nous amènent à nous questionner sur deux éléments principaux développés ici en parallèle. Si cette analyse s’attarde sur l’action du MOC de Bruxelles sous le confinement, elle tend également à explorer la question du creusement des inégalités sociales et économiques durant cette période inédite.

Afin de mettre en lumière la spécificité de l’action du MOC durant le confinement, il est avant tout nécessaire de s’arrêter un temps sur l’histoire et le passé de cette organisation. Lorsque l’historien.ne s’y penche de plus près, une question émerge rapidement : comment un mouvement, dont la force est issue du travail de terrain depuis maintenant presque 100 ans[2], s’adapte à une période qui le voit contraint d’être confiné entre quatre murs, de restreindre, voire de supprimer ses contacts directs avec ses publics ? Quel sens donner à son travail et comment s’organiser avec les personnes précarisées lorsque l’isolement s’impose, alors que l’éducation populaire sous-entend une action collective ? Depuis toujours, le MOC, mouvement social, acteur de changement, est « présent sur le terrain, dans les régions, les localités, partout où les hommes et les femmes s’investissent pour changer la société, pour la rendre plus juste, plus humaine, plus respectueuse d’autrui »[3]. Et c’est d’ailleurs là que se construit en partie l’identité du mouvement et que son impact est perceptible. Pour aborder cette nouvelle réalité de travail et de lutte ainsi que la question des inégalités qui l’accompagnent, Thomas Englert, secrétaire fédéral du MOC de Bruxelles et coordinateur du CIEP[4], Bruxelles, a accepté de répondre à nos questions. Signe du temps, c’est via une application de téléconférence que cet entretien est réalisé.

Isolement, fracture numérique et urgence sociale

Le premier constat que le MOC tire de cette période est qu’elle « a terriblement renforcé les dynamiques qui isolent les gens dans notre société », compliquant ainsi le travail du mouvement. L’essence de notre mission, nous explique Thomas, « c’est tout le contraire. (…) C’est créer du collectif. C’est créer une compréhension partagée des réalités qu’on vit pour transformer la société. Et donc le confinement, en tout cas dans un premier temps, il a l’effet complètement inverse. C’est-à-dire qu’il crée un moment de peur. Physiquement, les gens s’enferment chez eux, ne sortent plus, on a peur les uns des autres. Donc, nous sommes dans une situation dans laquelle, en fait, notre travail devient impossible. Je pense que ça, c’est l’effet premier »[5]. À partir de ce constat, comme nous l’explique Thomas, le MOC se demande comment continuer « à faire ce que nous faisons, alors que le champ dans lequel on le fait d’habitude n’est pas disponible ? ».

Le MOC et ses organisations constitutives, notamment les Équipes populaires (EP), estiment qu’un élément primordial est de garder le contact le plus régulièrement possible avec ses publics, qui se retrouvent du jour au lendemain « à des degrés divers, exposés à l’isolement, à la perte de revenu, à la perte de contact qui a été très forte ». Les animateurs et animatrices appellent les militant.e.s de leur groupe au minimum une fois par semaine, afin d’éviter que la fracture numérique ne vienne renforcer la solitude et l’impression pour certain.e.s d’être coupé.e.s du monde extérieur. « Il y a vraiment des gens qui ont disparu des radars », nous explique Thomas. « Si on ne fait pas cette démarche d’appeler au moins une ou deux fois par semaine, ces gens-là, ils n’ont plus accès à rien. D’ailleurs, une partie du travail qu’on a fait, c’est simplement informer les gens des services sociaux qui étaient encore ouverts, de les mettre en contact avec la Croix-Rouge, etc. ».

Devant l’ampleur et l’urgence de la catastrophe sociale qui se déroule sous ses yeux, le MOC de Bruxelles prend rapidement d’autres initiatives et organise, par exemple, la distribution de colis alimentaires, ainsi qu’une caisse de solidarité. Le mouvement est malgré tout conscient que ce genre de services relève plutôt du ressort de l’aide sociale. De l’aveu de Thomas cependant, sur le moment, les équipes ne « voient pas vraiment quoi faire d’autre. Et on n’allait pas dire aux gens qui n’ont pas droit au chômage temporaire, etc., qu’on allait juste les laisser tomber ». Les Jeunes organisés combatifs, anciennement Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC)[6], se mobilisent « pour organiser des groupes de quartier et de solidarité » et des équipes distribuent les colis alimentaires. C’est à l’occasion de ces contacts avec les publics que le MOC prend d’ailleurs la décision de lancer l’initiative « Les Confins » sur les réseaux sociaux et de rendre visible l’urgence de la situation sociale et économique vécue par les personnes précarisées.

Bandeau d’accueil de la page Facebook « Les Confins, résistance au quotidien ». URL : https://www.facebook.com/lesconfins/.

« Les Confins »

L’enquête ouvrière 2.0

Comme Thomas nous l’explique, « Les Confins » s’attellent à porter sur la place publique, par le biais de témoignages, des réalités et des inégalités sociales et structurelles exacerbées sous confinement, récoltées par les organisations constitutives du MOC de Bruxelles et par les groupes d’actions qui en sont proches.[7] Avec cette démarche, les équipes souhaitent « réactualiser l’enquête ouvrière, outil traditionnel du Mouvement ouvrier chrétien ». L’enquête sociale a, en effet, toujours fait partie des « méthodes d’éducation permanente prônées par le Mouvement ouvrier chrétien. Plus encore, elle en représente le fondement »[8]. Popularisée et systématisée par Joseph Cardijn[9] et la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) à partir de 1925 la méthode permet de saisir la réalité sociale d’une époque et d’un lieu, d’en réaliser l’analyse de manière collective et d’en tirer les conclusions pour ensuite passer à l’action. Beaucoup de revendications du mouvement sont issues des enquêtes menées sur le terrain auprès des travailleurs et des travailleuses. C’est le fameux « Voir – Juger – Agir » de la JOC.[10]

L’objectif est donc de rendre visibles les situations de précarité. Les témoignages repris dans « Les Confins » sont diamétralement opposés à ceux qui associent le confinement à un moment idéal pour se ressourcer, se recentrer et s’adonner à des activités d’intérieur que l’on n’aurait, éventuellement, pas eu le temps d’effectuer auparavant.[11] Non, dans « Les Confins », la réalité est toute autre, dure et glaçante. Comme ces sans-papiers qui, à l’image des populations ouvrières urbaines du 19e siècle, habitent entassés les uns sur les autres, dans des squats sans eau courante, où les masques, le savon et l’hygiène élémentaire sont absents, où absolument tout manque. Sans revenus, car mis à la porte du jour au lendemain par leurs patrons, « sans moyens de payer le loyer, avec des propriétaires qui s’en foutent », les sans-papiers représentent un exemple extrême des personnes exclues.

Lire la suite

Les éducateur.trice.s et la crise de la Covid, un métier ébranlé ?

PDF

 Josiane Jacoby (sociologue au Carhop asbl)

Collecter la mémoire immédiate d’un métier

En mars 2020, la Belgique, comme beaucoup d’autres pays, vit une crise sanitaire sans précédent. Pour endiguer la pandémie, une mesure, tout aussi inédite, est prise par les pouvoirs publics : le confinement. Face à ces événements, les historiens, historiennes et archivistes du pays s’engagent dans un projet de collecte de la mémoire en temps de crise sanitaire (Covid-19). Le projet prend la forme d’une plateforme[1] dont la mission est de collecter les archives du présent pour documenter la mémoire de demain.

Le Carhop s’associe à cette initiative de récolte d’archives quand Dominique Wautier, présidente de l’asbl Rhizome[2] et membre de l’assemblée générale du Centre, questionne : « Et les éducateurs ? ». L’interpellation fait mouche. Durant le mois de mai, une série d’interviews sont réalisées auprès d’éducateurs et éducatrices qui travaillent dans le secteur du handicap ou de l’aide à la jeunesse, en milieu ouvert ou en résidentiel.

Distanciation physique oblige, le recueil de récits se fait à distance, par téléphone, avec un enregistreur placé à côté. Habituellement, le Carhop privilégie les interviews « en présentiel ». Mener une interview en face à face permet « d’entendre » ce que le corps manifeste. Le défi dans ce contexte est de mener l’interview dans des conditions satisfaisantes, afin de créer un climat de confiance entre les deux protagonistes, l’interviewer et l’interviewé.e. D’autant que l’on pressent, suite aux contacts préparatoires aux entretiens, que les mots seront empreints d’émotions.

Les lignes qui suivent retracent le parcours de trois de ces témoins, deux éducatrices et un éducateur, en période de confinement. Ils ont en commun de travailler dans des institutions résidentielles. Ces témoignages en pleine pandémie sont des récits « pris à chaud ». L’assouplissement progressif du confinement n’occupe pas encore leurs pensées. Difficile de supposer ce qu’il ressortira une fois la crise maitrisée et quelles traces resteront à part, comme imagine Chloé Antoine en riant, « sûrement des tocs comme le lavage des mains ! ».

Histoires de confiné.e.s, un métier secoué

Chloé Antoine est une jeune éducatrice spécialisée qui travaille depuis presque quatre ans dans un centre résidentiel pour personnes adultes en situation de handicap mental modéré à sévère. Son institution accueille principalement des personnes vieillissantes, soit une vingtaine de personnes de 40 à 89 ans. Quand le Carhop et l’asbl Rhizome lancent une campagne de collecte de témoignages d’éducateurs et d’éducatrices en confinement, Chloé Antoine répond très vite positivement à l’appel. Lors de son interview, elle confie se sentir en profond épuisement professionnel. Elle relie son état à l’impossibilité dans laquelle elle se trouve de mener un travail social de qualité. Dans son institution, les règles sanitaires et le confinement ont, en effet, rendu impossible ce qui fait sens à ses yeux : créer du lien avec les personnes dont elle a la responsabilité. Un lien crucial qui garantit le maintien d’une bonne santé mentale. « Les règles sanitaires sont tellement fortes et énergivores, il n’y a plus de place que pour ce travail-là. (…) Dans les premières semaines, j’ai vraiment eu ce sentiment de perte de sens, à la fin de la journée de me dire « mais qu’est-ce que j’ai fait de ma journée ? » Ce n’est pas ça que je veux faire comme travail, (…) je trouve que ce n’est pas cela que ça devrait être ».[3]

Anna Fani est, elle aussi, éducatrice spécialisée. Elle travaille depuis 33 ans au « Village n°1 », situé dans le Brabant wallon. Le Village accueille des personnes en situation de handicap léger à sévère. Elle témoigne également avoir vu son travail d’éducatrice bouleversé par les conséquences de la crise sanitaire et du confinement. D’autant plus, qu’il y a eu des cas de contamination dans certaines unités de vie de son institution: « Très vite, en tant qu’éducateurs, on s’est vu se transformer en personnel de soins, alors qu’on a aucune formation (…) Nous devons prendre les paramètres au niveau oxygène, au niveau température, mais aussi installer des appareils d’oxygène pour les personnes en détresse respiratoire [afin de] venir en aide à nos collègues puisqu’on a aussi un service santé chez nous (…), on a dû faire un peu leur boulot. Et puis, ça sort un peu de notre métier (…). On est un peu là en train de perdre l’essence même de notre métier, je trouve, parce qu’on est essentiellement dans ce qui est du soin pour l’instant (…) ». D’autre part, cette priorité accordée à la santé physique se fait au détriment de l’accompagnement plus individualisé ou plus psychologique comme le lien avec les familles. Priorité qui signifie pour l’équipe une surcharge de travail « déjà de par nos interventions médicales, mais aussi de par le port de ces équipements qui sont d’une lourdeur (…) quand il y a des personnes infectées, nous avons la combinaison complète, les gants, le masque, la charlotte quand c’est nécessaire. C’est lourd de travailler avec ça toute une journée (…). Le weekend, on fait des journées d’onze heures et puis, il y a sûrement une charge psychosociale (…). Beaucoup de travailleurs nous témoignent une très grande fatigue, une difficulté à se reposer et à avoir des nuits reposantes (…) ».[4]

Antoine et A. Fani savent-elles qu’elles ne sont pas loin de partager les conditions de travail et de prise en charge des éducateurs et éducatrices d’un autre temps ? Savent-elles également qu’elles sont, sans doute, les héritières du vaste mouvement de revendications de leurs pairs, qui, au début des années 1970, se sont mobilisés pour la reconnaissance du métier d’éducateur et de ses compétences professionnelles et qu’à ce titre, elles ne peuvent pas se contenter d’assurer la « simple » survie des personnes dont elles ont la charge ?

Petit retour en arrière

Un monde clos

Un rapide coup d’œil sur l’histoire du secteur du handicap et de l’aide à la jeunesse en Belgique d’avant les années 1960-1970, démontre que, longtemps, ces deux secteurs se caractérisent par une absence criante de professionnalisme. Les publics qu’ils encadrent n’ont pas de véritable place au sein de la société. C’est un régime d’isolement. Des notions telles que les projets pédagogiques, éducatifs, ou des valeurs comme l’autonomie, l’individualité, le maintien du lien social, le travail avec la famille… ne sont ni envisagées, ni pensées.

Pour deux chercheurs en sciences sociales de l’Université de Liège (ULiège), Christophe Bartholomé et Didier Vrancken, avant la deuxième moitié du 20e siècle, « (…) La personne handicapée était considérée de manière non spécifique ; elle était placée dans des homes, terme d’origine anglaise utilisé pour signifier le placement en institution fermée, le confinement. Relevant à la fois des politiques de santé, d’hébergement, d’aide sociale, de la justice, les handicapés ont longtemps fait l’objet d’une aide indifférenciée, les confondant souvent avec la figure du fou, voire avec celle de la personne indigente. La personne handicapée se voyait cantonnée en un seul et même lieu de vie, espace de contrôle où se déroulaient les activités de jour, de soirée ainsi que les soins. L’univers des personnes handicapées relevait de logiques asilaires (…) reposant sur le modèle aliéniste, hérité du XIXe siècle (…). Les handicapés côtoyaient des enfants placés par le juge, des jeunes de milieux défavorisés, des délinquants ou encore des orphelins de guerre. La plupart des institutions appartenaient au pilier chrétien ; elles étaient situées en dehors des agglomérations et offraient toutes les caractéristiques des institutions fermées, coupées du reste du monde. »[5]

Le sociologue Bernard De Backer s’est intéressé au métier d’éducateur. Dans son ouvrage « Du mur à l’ouvert »[6], il analyse l’évolution du travail social de ces éducateurs et éducatrices. Il dresse un constat identique pour la même époque : les maisons d’éducation et d’hébergement fonctionnent en vase clos, hermétiques au monde. C’est un « isolat social » et le regard de la société ne s’y arrête pas. « Le début de l’histoire peut se narrer à la manière d’un mythe, d’un récit des origines que les anciens éducateurs racontent pour dresser le portrait de l’institution, de la « boutique » où ils travaillèrent leurs premières années. À l’écart de la société, par la distance géographique ou par la frontière symbolique, la figure idéale typique du home constituait une sorte d’isolat social – château, couvent ou cité radieuse – selon les affiliations idéologiques où les fonctions essentielles de la vie étaient assurées intra-muros. Logement, nourriture, éducation, loisirs se vivaient dans le phalanstère répressif et/ou alternatif, microsociété insulaire et institution mère d’où l’on « ne sortait que deux ou trois fois par an, pour faire une grande promenade, tous habillés de même ». »[7]

Absence de professionnalisme

Dans ce cadre, des « éducateurs » sans formation spécifique partagent le même sort. Eux aussi vivent dans ces institutions fermées avec mission de contrôler, au mieux d’occuper, ces exclu.e.s. Des éducateurs qui pourraient être qualifiés, plus justement, de surveillants. « Amené à remplacer progressivement les religieuses qui exerçaient depuis longtemps, l’éducateur avait une formation de départ principalement orientée vers l’éducation corporelle et physique (…). Conçu d’après le modèle de la mission caritative des religieuses, mais de manière non congrégationnelle, son rôle était essentiellement occupationnel (…) »[8].

Jean-Paul Jenard a exercé le métier d’éducateur au Sacré-Cœur à Marchienne-Docherie. Il se souvient de ses débuts dans les années 1970. Dans son institution pour jeunes enfants et jeunes filles adolescentes, il souligne qu’il était fréquent que ceux-ci soient en grande carence affective, tant le métier ne laissait peu de place à autre chose que la bonne prise en charge matérielle. « Il y avait une directrice laïque en 1981. Elle avait pris le relais des religieuses quand elles sont parties et avec laquelle je ne m’entendais pas du tout (…). Donc je serai certainement péjoratif par rapport à elle. Pour être clair, il y avait une espèce de grande salle avec des éviers sur 3 côtés et puis des espèces de cabinets avec des tentures. Il y avait des filles essentiellement dans cette institution. On fermait donc la tenture et elle se promenait là pour venir nous donner un coup de main, disait-elle. Elle venait là et elle claquait des mains : « Lavez-vous les mains », clac ! « Lavez-vous la bouche », clac ! Les gosses étaient là et marchaient au pas comme ça, et c’était un peu dur pour les enfants. Des gosses qui ont été carencés et les traiter comme ça, au pas, ce n’était pas correct. Matériellement, ils avaient à manger, ils étaient habillés et chauffés, ce qui n’était peut-être pas toujours le cas dans leur famille d’origine, mais les carences affectives n’étaient pas prises en compte ». [9] Jeune éducateur à l’époque, J.-P. Jenard confie qu’il a choisi, par la suite, la voie de la syndicalisation afin de combattre ce qu’il estimait « plus possible ». Devenu délégué syndical, il décrit la lente mais réelle amélioration de son métier et de la prise en charge des jeunes.[10]

Carhop – Entretien avec Jean Paul Jenard, l’éducateur, la petite main de l’institution

Marcel Jaminon[11] se remémore, lui aussi, que le secteur de l’accueil et de l’hébergement fut longtemps aux mains de « professionnels » sans qualification éducative spécifique. Permanent au service d’études de la Centrale nationale des employés (CNE), il se rappelle qu’avant les années 1970, le personnel comptait souvent des éducateurs de niveau A3, c’est-à-dire le diplôme d’humanités du cycle inférieur. « Plusieurs étaient des dirigeants de mouvement de jeunesse qui décidaient, avant de commencer un travail professionnel, de consacrer 2 ou 3 ans de leur vie à prendre en charge les jeunes en difficulté. Et là, ils n’avaient pas un contrat de travail. Ils étaient nourris, blanchis et logés par l’institution, ça fonctionnait comme ça. Je ne sais pas s’ils avaient parfois de l’argent de poche. »[12]

Continuer la lecture de « Les éducateur.trice.s et la crise de la Covid, un métier ébranlé ? »

La solidarité à l’épreuve du confinement, l’expérience de Famisol

PDF

Anne-Lise Delvaux, historienne au CARHOP asbl

En mars 2020, la pandémie de la Covid-19 mène au confinement d’un grand nombre de personnes ; le Conseil national de sécurité (CNS) requiert le télétravail pour toutes les activités non essentielles. Suivant les mesures de sécurité, plusieurs services d’aide sociale décident de ne plus accueillir de public dans leurs locaux. C’est le cas de l’asbl Famisol.

Logo de l’asbl Famisol, propriété Famisol.

Famisol – contraction de « Familles Solidaires » – est un service (non-résidentiel) d’aide précoce et d’accompagnement pour enfants de 0 à 18 ans, porteurs de handicap, et leurs familles. L’accompagnement apporte un soutien sur le plan éducatif, social, psychologique et de la santé. Située à Woluwe-Saint-Lambert, l’association organise aussi l’accueil familial, grâce au système de parrainage. Elle met en contact et assure un relais entre les familles d’accueil et les enfants. Des journées de loisir sont également organisées lors de week-ends. Ces activités s’inscrivent dans le cadre du décret et permettent d’« accompagner la personne handicapée dans la recherche d’activités de loisir inclusives qui contribuent à son épanouissement personnel, à son autonomie et à son inclusion dans la société et qui permettent de lutter contre la solitude et l’isolement »[1].

Au quotidien, une équipe de douze personnes (psychologues, assistants sociaux, éducateurs spécialisés, graphiste) gravitent autour de ce projet créé en 1996. L’objectif principal de l’association est de permettre à l’enfant porteur d’un handicap – quel qu’il soit – de créer des relations en dehors de son cadre familial et de contribuer à son épanouissement. Il s’agit également d’offrir un soutien individualisé aux familles.[2] Ces différentes missions répondent au Décret relatif à l’inclusion de la personne handicapée, adopté par l’Assemblée de la Commission communautaire française (COCOF) le 17 janvier 2014, dont dépend l’asbl Famisol. Le décret précise dans son article 2 que « Pour l’application du présent décret, il faut entendre par inclusion : la participation de la personne handicapée dans toutes les dimensions de la vie sociale et quotidienne, avec la même liberté de choix que les autres personnes, en prenant des mesures efficaces et appropriées pour garantir la pleine jouissance de ce droit ainsi que sa pleine insertion et participation à la société »[3].

Le confinement permet-il encore aux travailleur.euse.s sociaux.ales de Famisol de remplir leurs missions ? Et au-delà de l’objet social de l’association, le confinement a-t-il un impact sur les tâches et les conditions de travail de l’équipe ? Ces questions ont été posées à quatre membres de l’asbl, tous accompagnateurs des familles. Ils ont accepté de témoigner lors d’un long entretien, avec la déontologie et le respect du secret professionnel que requiert leur fonction. L’interview a eu lieu à la mi-juillet ; la phase de déconfinement est déjà entamée par l’équipe, mais l’avenir est encore en points de suspension.

Continuer la lecture de « La solidarité à l’épreuve du confinement, l’expérience de Famisol »

Confinement et accès aux documents :  le cas concret du centre de documentation de l’Institut Cardijn

PDF

Louise Di Senzo (bibliothécaire-documentaliste au CARHOP asbl)

Un des enjeux du secteur associatif durant la période de confinement est d’organiser le travail à distance, tout en remplissant ses missions.

Le CARHOP, qui possède un centre de documentation, a voulu donner la parole aux gens de métier, à ceux qui, avant cette période de confinement, sont généralement en première ligne pour la collecte, l’organisation et la diffusion d’informations, c’est-à-dire aux bibliothécaires-documentalistes et à leurs publics.

Quels sont les impacts du confinement sur leur travail et leurs publics ? Comment les travailleurs.euses des centres de documentation se sont-ils.elles adapté.e.s ? Quelles sont les stratégies mises en place, par les bibliothécaires-documentalistes, pour pallier aux conséquences du confinement ? Comment effectuent-ils.elles leur travail à distance afin de répondre aux besoins de leurs publics ? Peut-on, à ce stade, évaluer les conséquences du confinement sur les centres de documentation ?

Le centre de documentation : rôle, financement et collections

Les centres de documentation n’évoluent pas dans le même cadre législatif que les bibliothèques publiques.  En effet, il s’agit d’institutions privées qui dépendent d’un organisme spécifique et dont la mission principale est de fournir à leurs publics une documentation sur des thématiques précises. Ainsi, le rôle des centres de documentation n’est pas de posséder des collections généralistes mais bien de conserver et de diffuser des collections spécialisées en lien avec l’institution dont ils dépendent. Dès lors, ils sont financés par cette dernière et ne sont pas soumis au « décret du 30 avril 2009 relatif au développement des pratiques de lecture organisé par le Réseau public de la Lecture et les bibliothèques publiques »[1] qui fixe les missions et les financements des bibliothèques.

Le centre de documentation de l’Institut Cardijn est situé à Louvain-la-Neuve, sur le site du campus de l’Université. Il se compose d’un équivalent temps plein, à savoir une bibliothécaire-documentaliste, et d’une jobiste qui preste 3 heures par semaine. L’Institut fait partie de la Haute Ecole Louvain en Hainaut (HELHa)[2], implantée, comme son nom l’indique, dans tout le Hainaut. Cette institution propose deux formations : un baccalauréat en assistant social et un master en ingénierie et actions sociales. Son public se compose d’étudiant.e.s, dont les besoins en documentation sont précis et rythmés par l’année scolaire, les travaux et les sessions d’examens.

Les collections du centre de documentation de l’Institut Cardijn se présentent sur différents supports : des livres et des revues en format papier et consultables sur place ainsi qu’une importante sélection de références qui sont disponibles en ligne. Les collections conservées tournent autour de thématiques sociales : « travail social, sociologie, psychologie, droit, santé, économie, pédagogie, immigration, vieillissement, famille, précarité, délinquance, emploi, communication, etc. »[3]. Les étudiant.e.s ont donc accès à une documentation riche, variée et actuelle sur les contenus de leur cursus de formation.

Une des missions inhérentes du centre de documentation est la mise en place d’un service de recherche et d’aide à la rédaction de bibliographies, notamment pour les travaux de fin d’études. Il propose également, via son catalogue, une série de documents numériques accessibles en intégralité pour les étudiant.e.s.

Page d’accueil du catalogue du centre de documentation de HELHA Cardijn Louvain-la-Neuve

Le centre de documentation de l’Institut Cardijn à l’épreuve du confinement

Avant la crise sanitaire et le confinement, les étudiant.e.s de l’école ont accès aux collections du centre de documentation et peuvent les consulter sur place. Ils.elles bénéficient également d’un système de prêt à distance. Via le catalogue en ligne, ils.elles sélectionnent une série de documents qu’ils.elles  peuvent ensuite réserver pour un emprunt ultérieur. Les livres sont préparés par l’équipe du centre qui gère les réservations et, une fois les documents prêts, les lecteurs.trices, informé.e.s, peuvent venir les chercher sur place.

Le 11 mars 2020, face à la propagation de la pandémie de la Covid-19 en Belgique, la direction de la HELHa recommande fortement aux personnes à risque de rentrer chez elles. Le 12 mars, la bibliothécaire-documentaliste a un contact avec la direction de l’Institut Cardijn afin de voir ce qu’il est possible de mettre en place au niveau du centre afin de maintenir l’accès aux documents.

Du jour du lock-down, le 18 mars, jusqu’à la fin du mois de mai, l’Institut Cardijn ainsi que le campus de l’Université de Louvain restent inaccessibles et la plupart des membres du personnel rentrent en télétravail. Le centre de documentation de l’Institut fait de même. Dès lors, il n’est plus possible de transmettre les documents réservés par les étudiant.e.s : le système de prêt à distance ne peut être maintenu.

Travail et actions syndicales à l’épreuve du Coronavirus

PDF

Renée Dresse (historienne au CARHOP asbl)

« Il n’y aura pas de jour d’après. Pas de lundi au soleil où nous nous éveillerons libérés-délivrés du Coronavirus comme d’une mauvaise grippe. Il y aura, difficilement, la naissance d’un monde d’après, bien pire que le monde d’hier (vous vous souvenez, c’était loin d’être un paradis) … ou bien meilleur ». C’est par ces phrases que Felipe Van Keirsblick, secrétaire général de la Centrale nationale des employés (CNE), commence l’édition spéciale du Droit de l’employé de mai 2020. La crise sanitaire, actée officiellement en mars avec le confinement, est loin d’être terminée. Au moment où il écrit ces phrases, le déconfinement débute avec, pour tous, l’espoir d’un retour rapide à la vie normale, à la vie d’avant. Et pourtant, aujourd’hui, il est évident que l’impact de cette crise sur la population, sur le monde du travail sera terrible : fermetures, restructurations engendrent déjà de nombreuses pertes d’emploi.

La crise provoquée par la Covid-19[1] bouleverse profondément le travail au sein des services de première ligne, dans les milieux hospitaliers, les maisons de repos et maisons de repos et soins de santé (MR-MRS). Et encore, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. D’autres secteurs (commerce, aide sociale, aide à domicile, transports en commun, certains services publics comme le ramassage des poubelles, etc.) doivent faire face et poursuivre leurs activités dans un contexte particulièrement anxiogène.

Cet article met en lumière les difficultés rencontrées par le secteur des soins de santé et des MR-MRS durant le confinement. Comment les travailleurs et travailleuses ont-ils vécu cette période ? Quelles réponses immédiates l’organisation syndicale, en l’occurrence la CNE, apporte-t-elle aux nombreux questionnements et témoignages de ses membres ? Quel rôle ont joué les déléguées et délégués ? Cette contribution s’appuie essentiellement sur les témoignages de trois délégués syndicaux actifs dans les milieux hospitaliers et d’un délégué du secteur des MR-MRS, recueillis par le CARHOP, et sur les témoignages reçus par la CNE durant le mois de mars[2].

Entre sens du devoir et peur

Les premiers témoignages dénonçant les conditions de travail du personnel de première ligne affluent auprès des déléguées et délégués de la CNE dès le début du mois de mars, plusieurs jours avant le début du confinement. Les milieux hospitaliers sont confrontés à un manque de matériel de protection (masques, blouses, charlottes…), une procédure en matière d’encadrement des malades de la Covid-19 fait défaut.

Dans un premier temps, le sentiment d’impréparation des diverses directions domine. Pour Laure[3], déléguée syndicale dans un groupe hospitalier de la région montoise, « mon entreprise comme toutes les entreprises en milieu hospitalier est partie dans l’inconnu avec très peu de moyens et de matériel. On est parti en guerre contre l’inconnu. Très vite, ils (la direction) se sont organisés en fermant des services pour les consacrer au Covid et pour éviter (…) une pénurie de personnel. Donc, en fermant des services tels que la chirurgie, les blocs opératoires, les consultations, ils étaient sûrs d’avoir un stock de personnel pour remplacer ceux qui tomberaient à cause du Covid. Ça a été une période très difficile, psychologiquement et au niveau de l’impact sur le travail. Enfin un collège d’experts (infectiologues) s’est mis en place et a établi des protocoles d’habillage, déshabillage, pour ne pas se contaminer et contaminer le matériel ou le patient »[4].

Dès la fin mars, la CNE recueille une série de témoignages abondant dans ce sens. Un travailleur en radiologie rapporte : « Nouvelle décision dans mon service. On réduit encore les effectifs et tous les autres sont au chômage mais rappelables. On fait le soir tout seul, 3 heures en solo pour gérer les Covid, les urgences, etc., etc. Je n’ai pas de mot pour décrire mon dégoût. La dernière nuit, plus de matos ou presque pas pour ma collègue. Tout était sous clé et pas disponible pour elle. Aujourd’hui, les urgences envoient un patient. En cours d’examen, ils se rendent compte qu’il est en fait Covid (vu le scan). Évidemment, le patient n’était pas masqué et les collègues non plus, vu que c’est un masque par jour. Au bout de 10 heures de travail, il ne sert plus à rien… »[5]. L’absence de matériel se fait donc cruellement sentir. Il faut certes laisser aux directions le temps de s’organiser, de trouver les filières pour se procurer le matériel de protection nécessaire. Néanmoins, la solidarité est là. Beaucoup s’organisent pour fabriquer des masques, des blouses, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des hôpitaux. Lorsque le matériel adéquat arrive, seules les unités Covid en bénéficient dans un premier temps : « Les procédures étaient telles qu’il y avait des patients qui échappaient car ils se trouvaient dans d’autres unités. Il y a du personnel contaminé car dans les autres unités, il n’y avait pas au départ de port de masque. Au départ, on interdisait de porter le masque. Il y a des actions syndicales qui ont mentionné ce manquement et le fait que le personnel était contaminé car il n’y avait pas eu de protection. Il a été décidé après que tout le monde devait porter un masque chirurgical. On devait le garder toute la journée. Après quand on en a eu un peu plus, on pouvait le changer tous les 4 heures »[6].

La peur est un facteur avec lequel le personnel des soins de santé doit vivre au quotidien. Laure raconte : « On allait au boulot avec la boule au ventre, peur de l’attraper, peur de ramener cela chez soi, de contaminer des patients. Quand on a pu avoir un peu de matériel qui n’était pas du tout conforme, on s’est demandé : « a-t-on bien enlevé, dans l’ordre qu’il fallait, le matériel en sortant de la chambre, en entrant dans la chambre ? Est-ce qu’on n’a pas touché ceci… ? » C’était atroce »[7].

Force est de constater qu’en dépit de la peur, de l’intensité du travail, de la charge psychologique, l’absentéisme n’est pas ou peu présent parmi le personnel des soins de santé, que ce soit dans les hôpitaux ou dans les maisons de repos et de soins (MRS). Jean, délégué syndical dans une MRS de la région liégeoise, souligne : « c’est bien la preuve que le personnel a bien apporté sa pierre à l’édifice. Parce que souvent on nous reproche que l’on dit non parce qu’on ne veut pas changer de pause ou parce que nous sommes en congé de déconnexion[8]. On nous reproche de ne pas décrocher notre téléphone et de dire : « ok, je veux bien remplacer ». Ici, le personnel, sans rien demander à personne, a apporté sa pierre à l’édifice. C’est la preuve que nous travaillons par vocation… »[9].

Dans les hôpitaux, le personnel soignant adopte la même dynamique solidaire malgré leurs craintes : « il y a une solidarité des gens qui n’étaient même pas en soins intensifs ou aux urgences ; ils sont venus en renfort d’eux-mêmes. C’étaient des journées de 12 heures durant lesquelles on se posait la question : est-ce que je ne suis pas contaminée. Ai-je bien respecté la procédure ? C’était vraiment pénible de voir les collègues qui tombaient là comme des mouches, des collègues décédés »[10].

Dès les premiers jours de la crise, le personnel de soins de santé reçoit le soutien de la population : drap suspendu sur le mur avant d’une maison, Ganshoren, 22 mars 2020 (Bruxelles, CSC nationale, photographie de Donatienne Coppieters).
Lire la suite

Conclusion : Actions des corps intermédiaires face à la Covid-19 et au confinement

PDF

Louise Di Senzo (bibliothécaire-documentaliste au CARHOP asbl)
Amélie Roucloux (historienne au CARHOP asbl)

L’action associative et syndicale

Les associations et les organisations syndicales effectuent des actions qui s’inscrivent dans la longue durée, privilégiant un travail de fond et de co-construction avec leurs publics. Ce travail, dont la dynamique est essentiellement souterraine, n’est pas celui des grands coups d’éclats. Il cherche à accompagner les publics en partant de leurs réalités, à construire avec eux des outils émancipateurs pour qu’ils puissent être acteurs et actrices de leur quotidien, et à faire remonter leurs réalités, leurs besoins et leurs actions auprès du monde politique. Ainsi, bien qu’il ne soit pas visible au premier coup d’œil, le travail associatif et syndical joue un rôle essentiel dans les structures de l’architecture démocratique belge. L’arrivée de la pandémie de la Covid-19 en Belgique bouscule leur manière de travailler et les amène à développer de nouvelles stratégies pour répondre aux nouveaux besoins de leurs publics.

Sur le plan sanitaire, le caractère méconnu de la maladie suscite un climat anxiogène. La surabondance d’informations (parfois contradictoires), de rumeurs, et de mécompréhensions génère un sentiment d’impuissance et d’angoisse. Ce choc, les travailleurs et travailleuses associatifs et syndicaux le vivent aussi. Ils et elles doivent réinventer leur travail et, pour celles et ceux qui sont sur le terrain, affronter l’angoisse de la contamination à cette maladie peu connue. Dans le secteur hospitalier, les organisations syndicales maintiennent les contacts avec les travailleurs et les travailleuses afin de prendre connaissance de la réalité de terrain. Elles relaient auprès des directions, de l’hygiène hospitalière et des services logistiques les besoins matériels et organisationnels. Dans cette optique, les syndicats veulent maintenir les organes de concertation, tels que le conseil d’entreprise (CE) et le comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT).

Fondamentalement, cette crise sanitaire exacerbe une situation préexistante et structurelle. Depuis 1980, le secteur hospitalier subit de nombreuses coupes budgétaires et fonctionne de plus en plus à flux tendu. Dans ce contexte, le moindre choc sanitaire provoque le risque que les hôpitaux ne puissent pas y faire face. À terme, les travailleurs et travailleuses pourraient s’effondrer ou déserter le métier. C’est pourquoi les syndicats interpellent le monde politique sur ces réalités de terrain et sur la nécessité de refinancer le secteur. Dans le même temps, elles soutiennent les travailleurs et travailleuses pour avoir des conditions de travail saines et sécurisées.

Le confinement est une situation inédite pour la société belge et accentue la crise sociale. Les acteurs et actrices associatifs doivent repenser leur métier avec le public. Leur témoignage permet de rendre compte des situations qui empirent avec le confinement. Il n’est plus question de prendre le temps de coconstruire des outils émancipateurs, il est question de nourrir, soigner, écouter, protéger, informer le plus rapidement possible. Pour d’autres, la rupture forcée avec le public est synonyme de perte de lien et de diminution du soutien aux personnes dans le besoin. Le travail à distance ne permet pas de remplir pleinement leurs missions. Il laisse en suspens des inquiétudes sur le vécu de leurs publics et questionne le sens de leur métier. Ils et elles savent que, parmi leurs publics, il y a des personnes qui vivent une situation tendue, potentiellement accentuée par l’isolement dans un même espace de vie.

En faisant face à la crise sanitaire et sociale, les associations et les organisations syndicales s’adaptent à une situation inconnue, développent de nouveaux outils et de nouvelles manières d’interagir avec le public. Toutefois, beaucoup signalent que ces stratégies ont leurs limites face à la précarité grandissante et l’isolement provoqués par le confinement. En effet, la proximité avec leurs publics est essentielle afin d’être au plus proche de leurs réalités et leurs besoins. Enfin, les synergies inter-associatives permettent d’établir des connexions entre les personnes dans le besoin et les structures qui peuvent leur venir en aide. Ce sont ces dynamiques qui sont remontées jusqu’aux rédacteurs et rédactrices de cette revue.

La proximité avec les publics dans le besoin et les synergies créées de longue date sont essentielles pour apporter des réponses politiques cohérentes face au renforcement de la précarité et des inégalités. Le confinement pousse le tissu associatif et les syndicats à renforcer leur action dans le champ de l’interpellation politique. Dans un article publié le 25 septembre 2020, le Centre de recherche et d’information socio-politique (CRISP) esquisse les nombreuses stratégies d’information et de communication développées par ces corps intermédiaires pour faire connaître les réalités de terrain et penser l’après-confinement.[1] Des cartes blanches sont publiées dans la presse et de lettres ouvertes sont adressées aux responsables politiques. Le CRISP constate également l’émergence de débats en ligne, d’enquêtes participatives, de manifestations virtuelles, de même que quelques actions dans l’espace public malgré leur interdiction. L’initiative « Les Confins » s’inscrit dans cette dynamique en se réappropriant la méthode et les principes de l’enquête ouvrière et en plaçant la parole populaire au cœur de l’action.

Début mai, le déconfinement entame ses premiers pas. Passée l’urgence sanitaire, les associations et les organisations syndicales interrogent le fonctionnement habituel, dit « normal », de la société pré-confinement. Ces corps intermédiaires dénoncent les inégalités structurelles que le confinement a mis en exergue. Ils veillent à redonner une place au travail de fond avec leurs publics, en cherchant à coconstruire des outils d’analyse permettant de se positionner par rapport à leurs réalités et d’agir sur celle-ci.

L’action des historien.ne.s

L’historien.ne agit comme acteur et actrice en éducation permanente à un double niveau. D’une part, il ou elle récolte et conserve des traces utiles à la réflexion, comme base d’action en éducation permanente. D’autre part, il ou elle coconstruit une réflexion, comme support à l’agir. Ainsi, l’historien.ne construit pas le récit historique, enfermé.e dans une tour d’ivoire, mais bien à partir des récits collectifs qu’il ou elle a récolté.

Conserver les mémoires du confinement

Récolter et conserver les mémoires exigent des professionnels de la gestion documentaire de créer des synergies. Le confinement complexifie la démarche et demande une impulsion nouvelle. En effet, beaucoup d’acteurs du secteur socio-culturel sont contraints d’assurer la continuité de leurs missions chez eux. Dès lors, il est difficile d’établir des liens entre les associations et les travailleurs et travailleuses de terrain afin de récolter des documents. Qu’à cela ne tienne, les archivistes sont là !

La plate-forme AQA constitue à cet égard un lieu de rencontre virtuelle pour, d’une part, valoriser la mémoire du confinement, et d’autre part, partager des pratiques professionnelles. Elle apporte en effet des réponses concrètes à des besoins liés à la gestion documentaire, dans un contexte où l’archive native numérique occupe une place prépondérante et influence fortement les supports et formats des documents collectés : comment archiver le web ? Que collecter ? Comment le collecter ? Et enfin, comment le conserver ?

En cela, la plate-forme a permis de mobiliser les « récolteurs de l’histoire » en les fédérant dans un ensemble plus large qu’une salle de réunion, que les réseaux habituels et étirables à l’infini : la toile. AQA est une source d’informations et un soutien non négligeable ; elle permet de réseauter de manière plus forte les bonnes pratiques de chacun et de partir sur une approche partagée de la gestion des documents. Autrement dit, chaque centre qui possède ses propres moyens de récolte, de conservation et de valorisation, peut se reposer sur l’expertise de ses collègues, par-delà les clivages historiques.

Les archives récoltées sont des matériaux qui servent à l’analyse historique. Le collectif (citoyen.ne.s, associations, organisations syndicales) est un producteur de sources. Avec le concours de l’historien.ne., du sociologue, du bibliothécaire…, il se les réapproprie en les questionnant, dans un contexte de « crise », pour déployer des outils d’émancipation collective.

En éducation permanente

Le recueil des récits des acteurs et actrices de terrain, ainsi que la description de leurs stratégies pour faire face aux conséquences du confinement, permettent de porter un regard sur le rôle du tissu associatif et de centrales syndicales face à cette crise. Actif.ve.s en éducation permanente, les historien.ne.s ont donné l’opportunité aux acteurs et actrices de terrain de faire part de leurs expériences et constats sur les premiers effets du confinement et de témoigner des réalités de leur métier. De son côté, l’historien.ne tente, tant que faire se peut pour un événement aussi récent, d’historiser son récit afin d’analyser la complexité du réel et des enjeux qui l’accompagne. Enfin, il ou elle nourrit la réflexion pour l’action politique à venir. Ainsi, l’outil historique en éducation permanente donne la possibilité d’effectuer une approche des faits actuels en les éclairant d’un regard historique. En d’autres termes, l’analyse historique peut servir de support à la compréhension du monde d’aujourd’hui et de base de réflexion à l’action future.

Il reste qu’il est parfois difficile de produire un récit historique sur un événement aussi récent qui se déroule, de surcroît, sur un temps aussi court. La démarche en est d’autant plus compliquée que la naissance de la pandémie de la Covid-19 s’est accompagnée d’une volonté massive de solutions immédiates et univoques. Ce n’est ni la temporalité, ni la démarche de l’historien.ne. Ce qu’il ou elle peut proposer, c’est une récolte des traces historiques d’un événement donné ainsi qu’un espace pour la réflexion sur l’espace et la temporalité dans lequel il s’inscrit.

En offrant un regard en forme de photographie, voire en tentant d’historiciser leur sujet, les rédacteurs et rédactrices de cette revue proposent un temps d’arrêt sur quelques enjeux qui accompagnent la mise en confinement de la population belge. Ils et elles décrivent les actions menées par les corps intermédiaires durant cette période pour pallier aux effets de la crise sociale et sanitaire sur les travailleurs et les travailleuses ainsi que sur les publics précarisés. Ils et elles ne proposent pas de recette miracle, mais donnent quelques outils pour « voir », commencer le « juger » et envisager l’« agir ». Ce faisant, ils et elles tentent de poser quelques pistes de réflexions dont des collectifs peuvent s’emparer pour faire face aux enjeux actuels et esquisser ainsi un champ des possibles pour tou.te.s.

Notes

[1] De Mos C., « Associatif en crise et en temps de crise. Interview de Jean Faniel et Vincent Lefebve », PluriCité, Les @nalyses du CRISP en ligne, 25 septembre 2020. URL:  http://www.crisp.be/crisp/wp-content/uploads/analyses/2020-09-25_ACL-Faniel_J_et_Lefebve_V-2020-PluriCite-Associatif_en_crise_et_en_temps_de_crise.pdf, page consultée le 28 septembre.

POUR CITER CET ARTICLE

Référence électronique

Di Senzo L. et Roucloux R., « Conclusion : Actions des corps intermédiaires face à la Covid-19 et au confinement », Dynamiques. Histoire sociale en revue, n°12, septembre 2020, mis en ligne le 15 octobre 2020. URL : https://www.carhop.be/revuescarhop/