Le MOC et l’engagement politique : rapports changeants et délicats

PDF

Luc Roussel (historien, CARHOP asbl)

Introduction

Depuis sa création en 1947, le Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC) se veut indépendant à l’égard de tout parti politique. Si le principe de base est constant, l’attitude des militant.e.s syndicaux et mutuellistes et des participant.e.s aux mouvements d’éducation permanente qui en font partie n’a pas toujours été, ni constante, ni unanime. Cette indépendance proclamée permet, assure-t-on au MOC, de prendre position sur n’importe quel problème en fonction des enjeux qu’il représente et non en fonction d’un programme ou de déclarations d’un parti politique. Il convient de se rappeler qu’il n’en a pas toujours été ainsi. L’objectif de cette analyse est de traverser l’histoire du MOC et de ses organisations à travers quelques moments-clés de l’histoire sociale qui modifient sa manière de concevoir son action politique. Le MOC, dans son appellation moderne, date de l’après Seconde Guerre Mondiale. La structure qui lui préexiste est la Ligue Nationale des Travailleurs Chrétiens, créée à l’issue de la Première Guerre mondiale. Cependant, l’histoire du mouvement ouvrier puise ses racines à la fin du 19e siècle, lorsqu’émerge la « question sociale ».[1]

L’absence de droits politiques, économiques et sociaux pour la classe ouvrière

Au lendemain de son Indépendance, la Belgique se construit autour d’une Constitution libérale. Toute une série de droits fondamentaux sont dévolus à la population : liberté d’association, d’opinion, liberté de la presse, etc. Toutefois, la primeur est surtout laissée au droit de propriété et, de manière générale, au libéralisme économique qui, in fine, dicte, pour une grande part, le fonctionnement et l’organisation de la société. Les droits élémentaires sont ainsi, de facto, pris dans un carcan qui les biaise en tout ou en partie : la classe ouvrière, qui émerge avec la révolution industrielle, est privée de droits socioéconomiques fondamentaux. Au mieux, elle est considérée en tant qu’outil de production, au pire comme menace pour l’essor économique. Jusqu’en 1867, par exemple, les coalitions ouvrières sont punies au pénal en raison des troubles et des entraves qu’elles sont susceptibles de causer aux entreprises ; la Constitution prévoit pourtant le droit de s’associer et de se rassembler paisiblement et sans arme, sans autorisation préalable. De surcroît, la bourgeoisie tient les rênes du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire et tout le système électoral entretient ce fonctionnement : censitaire[2] jusqu’en 1893, le suffrage universel pur et simple, à tous les niveaux de pouvoir, n’est obtenu qu’en 1948, au terme d’un processus long de plusieurs décennies. Les ouvriers et ouvrières n’ont, dès lors, que les mobilisations, la grève et le soutien par différents biais de quelques bourgeois sensibles à leurs conditions de vie misérables pour porter leurs revendications socioéconomiques, politiques et culturelles sur la place publique. Le mouvement ouvrier ne s’organise et ne se structure qu’au milieu du 19e siècle ; il ne peut peser sur les décisions politiques que très progressivement.

Une première reconnaissance : l’encyclique Rerum Novarum

Le monde catholique garde, tout au long du 19e siècle, ses distances par rapport à la « question ouvrière ». Les grèves de 1886 sont les détonateurs d’une prise de conscience. Le changement d’attitude se manifeste à l’occasion des Congrès des œuvres sociales qui se tiennent à Liège en 1886, 1887 et 1890. La question sociale est mise à l’ordre du jour. Ces réunions sont l’occasion pour les catholiques de réfléchir sur les moyens de restaurer le catholicisme dans la vie sociale, de tenter de reconquérir la classe ouvrière et d’ainsi lutter contre le socialisme. À la suite de ces congrès, se dessine clairement un fossé entre les partisans et les adversaires de l’intervention dans la question sociale. Plusieurs catholiques défendent la création d’associations mixtes de défense des travailleurs (ouvriers et patrons mêlés) et demandent une intervention limitée de l’État.

Continuer la lecture de « Le MOC et l’engagement politique : rapports changeants et délicats »

Le pluralisme et l’urgence de SeP : Le dilemme du MOC

PDF

François Welter (historien, CARHOP asbl)

Considérer l’histoire de Solidarité et Participation (SeP) dans une temporalité qui dépasse les années 1980 amène à s’interroger sur les enjeux majeurs qui régissent les rapports du MOC avec son/ses prolongement(s) politique(s). à cet égard, il est une valeur qui devient centrale à partir des années 1970 : le respect du pluralisme au sein du MOC et de ses organisations constitutives. Cette donnée est fondamentale dans une société qui entame un mouvement de dépilarisation, sans toutefois qu’elle n’occasionne l’abandon total du sentiment d’appartenance à un monde idéologique spécifique. Au sens du MOC, elle est en fait bisémique. D’une part, le mouvement social reconnait le pluralisme de ses membres par rapport à leurs idées et à leurs choix. Ce droit est imprescriptible. « Le mouvement peut être en désaccord avec ces choix, il doit le dire et les refuser, mais il doit respecter ce choix et cheminer avec les gens tels qu’ils sont, en fonction de ce qu’ils sont, sans jamais s’attaquer aux personnes, mais en affirmant aussi que le choix de mouvement comme mouvement est supérieur aux engagements personnels aussi compréhensibles soient-ils. » D’autre part, le MOC pratique un pluralisme institutionnel, qui consiste à reconnaitre, en tant que mouvement, « comme valable et correct le choix de tel parti et de telle tendance de parti comme débouché politique pour des militants se réclamant du mouvement ». En d’autres termes, il reconnait « que l’engagement dans tel ou tel parti est légitime par rapport aux objectifs des organisations ».[1] La présente contribution a pour principal objectif de retracer dans une chronologie d’environ vingt ans en quoi l’émergence de SeP résulte des insatisfactions au sein du MOC nées du pluralisme et, paradoxalement, en quoi le nouveau parti politique peine-t-il à se positionner comme relais politique crédible.

Le PSC comme prolongement politique : une évidence ? Pas sûr !

Façonné initialement par les trois clivages majeurs qui structurent la société belge depuis le 19e siècle (clérical-anticlérical, possédant-travailleur et, surtout au 20e siècle, linguistique), le MOC a comme prolongement politique « naturel » le Parti Catholique. Historiquement, celui-ci se structure autour de « standen » représentant respectivement les travailleurs (Ligue nationale des travailleurs chrétiens, puis MOC), les agriculteurs et le monde rural (Boerenbond), les classes moyennes et les notables (anciens comités électoraux). Loin de former un bloc homogène, ces tendances divergentes ne sont unies au sein du parti que par la défense d’intérêts généraux minimalistes. Après la scission du PSC et du CVP[2], en 1968, elles se maintiennent partiellement ou dans des formes atténuées, tant du côté flamand que francophone. Au sein du PSC des années 1960 et 1970, l’aide droite[3] se confronte à une aile gauche incarnée par le MOC, tandis que le milieu est occupé par des « sans familles ».[4] Mais, les positions politiques du MOC trouvent peu de relais au sein du parti. Durant l’Entre-deux-guerres, déjà, elles sont minorisées par la bourgeoisie conservatrice dans le Parti Catholique. L’Après-guerre ne modifie pas fondamentalement cette dynamique.[5] Le MOC entre alors dans une profonde crise de conscience. Dès 1945, il est tiraillé entre partisans de la dépolitisation du mouvement, d’une coopération avec le PSC ou d’une réorientation vers un nouveau parti politique, l’Union Démocratique Belge (UDB). Si la deuxième tendance s’impose après les déconvenues électorales de la troisième, elle est remise en question dès les années 1960, concomitamment au processus de dépilarisation de la société. En mai 1964, le secrétaire général du MOC, Victor Michel, désapprouve publiquement la politique et les rapports internes du PSC. Cette position est trop tardive. Des formations dissidentes voient déjà le jour au niveau communal (Mouvement des travailleurs chrétiens à Charleroi, Démocratie chrétienne liégeoise).[6] Le MOC n’est pourtant pas prêt à rompre avec le PSC. Dans son manifeste de 1966, « Travailleurs solidaires et responsables dans un monde en progrès », il ne fait preuve que d’une timide ouverture. D’un côté, il déclare s’adresser « à tous les travailleurs de ce pays, sans aucune distinction, en vue de la promotion de leurs intérêts. (…). Les différences dans les conceptions philosophico-religieuses qui nous séparent de certains d’entre eux ne nous empêcheront pas de collaborer au plan social, économique, culturel et politique, chaque fois que la chose sera possible et nécessaire, d’adopter, en ces occasions, des positions communes et de défendre de concert les intérêts des travailleurs, dans le respect des principes qui sont à la base de chaque organisation ».[7]

MOC, Travailleurs solidaires et responsables dans un monde en progrès. Manifeste du mouvement ouvrier chrétien, Bruxelles, MOC, [1966].

Quant à ses propres militant.es, il se garde de les conseiller/obliger à devenir des mandataires au sein du PSC.[8] Mais, d’un autre côté, « en sa qualité de corps intermédiaire, est-il amené, dans la perspective de la réalisation de son programme, à accorder sa confiance à un parti déterminé, sans pour autant y être lié ni comme Mouvement, ni en matière de programme ».[9] Sans être explicitement mentionné, le PSC est évidemment le parti désigné ici. En fait, les réflexions qui mènent au manifeste de 1966 témoignent du caractère délicat des relations qu’entretient le MOC avec un éventuel prolongement politique. Le mouvement social doit en effet articuler la confiance qu’il peut accorder au parti, en fonction de la réalisation de son programme au plan politique, la marge d’adhésion au parti en question[10] et le pluralisme d’opinion de ses membres. Dans cette optique, le projet de manifeste d’avril 1966 conçoit initialement d’accorder sa confiance à plusieurs partis politiques.[11] Cette dernière idée est finalement évacuée dans la version définitive du manifeste. Cependant, le MOC se laisse la liberté de décider de l’octroi de la confiance à un parti déterminé et des termes de la collaboration concrète qui en résulteront.[12]

La scission du parti unitaire en 1968, sur fond de tensions communautaires, porte cependant un coup majeur au crédit porté par les militant.es du MOC au désormais seul PSC, lorsque la tendance conservatrice de la frange francophone apparait comme un frein à la réalisation d’une Wallonie progressiste. D’après Raymond Stélandre, nombre de militant.es se distancient des options centristes et réformistes, dont le PSC apparait pour beaucoup l’incarnation, et se positionnent plus clairement « à gauche », avec, comme ressorts principaux, le fait régional et les mutations politiques. Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à quitter le parti centriste et à s’engager soit au Rassemblement Wallon-Front Démocratique Francophone (partis régionalistes – RW-FDF), soit dans des mouvements politiques divers. Des dirigeants régionaux des organisations ouvrières chrétiennes et des intellectuels s’engagent de fait dans un processus de rupture avec le PSC et aspirent au regroupement des travaillistes (Objectif 72 Wallonie-Bruxelles).[13] Du point de vue du secrétaire général adjoint du MOC, il « semble clair que, dans la situation actuelle (mutations idéologiques et politiques), il est indiqué de revoir notre attitude à l’égard du PSC et des partis en général ». Reprenant à son compte les propos du bureau national du 23 mai 1969, « il apparait nécessaire de dégager le Mouvement comme tel des luttes politiques de parti… ».[14]

Un pluralisme inévitable et une Démocratie chrétienne (DC) par dépit

En 1972, le MOC n’a d’autre choix que de reconnaitre le pluralisme de fait de ses militant.es et de son prolongement politique. D’une part, il réaffirme « son indépendance à l’égard des organisations et des partis politiques, assurant en même temps la liberté réelle des options et engagements politiques de ses militants et de ses membres ». D’autre part, son conseil général décide « d’organiser, tant au niveau national que régional, en collaboration avec les fédérations régionales et les organisations constitutives, les liaisons requises avec tous les mandataires qui se réclament du programme du Mouvement ».[15] La césure du lien exclusif avec le PSC semble toutefois douloureuse à admettre, d’autant que nombre de militant.es du MOC quittent encore le parti. En dernier recours, le MOC pousse donc celui-ci à reconnaitre l’existence d’une structure d’accueil capable d’organiser l’action des militant.es ouvrier.es au sein du parti : la Démocratie chrétienne de Wallonie-Bruxelles et des cantons de l’Est est née.[16]

D’illustres figures du MOC se revendiquent de la DC, jusqu’à occuper parfois des postes ministériels : Alfred Califice (vice-président du MOC de Charleroi et ministre des Affaires wallonnes sous le gouvernement Tindemans III, notamment), André Oleffe (ancien président du MOC et ministre des Affaires économiques sous le gouvernement Tindemans II), André Tilquin (secrétaire fédéral du MOC de Namur et sénateur puis député), Victor Barbeaux (secrétaire fédéral du MOC de Dinant, ainsi que député et sénateur), Victor Michel (président du MOC et parlementaire européen), etc. Dans son manifeste de 1974, la DC entend réunifier la base historique, sociale et idéologique des organisations constitutives du MOC.[17] Califice concède toutefois que, si la DC a effectivement pour objectif de réaliser le programme du mouvement, elle n’en est pas l’unique relais.[18] D’autres dissidences locales ont en effet la même ambition (ex : Parti Ouvrier Chrétien à Liège).[19] Quoiqu’il en soit, jusqu’alors réduits à des portions congrues au sein du PSC, les relais des idées du MOC occupent avec la DC une place plus importante au sein du parti et dans les travées du Parlement – au moins un tiers des mandats, voire davantage.[20] La DC parvient-elle à relayer et concrétiser certains points du programme politique du MOC ? La réponse à cette question mériterait une étude à part entière sur une décennie.

Au début des années 1980, les militant.es du MOC semblent en tout cas dans un état d’impuissance et de désespoir quant aux réalisations politiques de leur programme. Georges Liénard, secrétaire politique du MOC depuis 1977, fait un constat contrasté du pluralisme institutionnel : « De façon unanime, tout le monde estime que le pluralisme n’a pas été efficace, qu’il nous a dispersés et donc affaiblis politiquement. Mais une partie d’entre nous, souligne – à juste titre me semble-t-il – que le pluralisme institutionnel nous a permis de vivre ensemble dans notre mouvement et qu’il a été et demeure un compromis qui nous a conduit à consacrer plus d’énergie et de forces à notre développement global externe plutôt qu’à la gestion de divisions politiques internes ».[21]

Vers un prolongement unique : SeP contre le pluralisme

Positionnement électoral du MOC et nouveaux échecs (1981)

à la veille des élections du 8 novembre 1981, le MOC, tout en affirmant respecter les engagements personnels de ses militant.es, appelle à voter en faveur « des hommes qui ont fait ou qui font leurs preuves et militent dans la Démocratie Chrétienne du P.S.C. ou comme Démocrates-chrétiens au F.D.F.-R.W. ».[22] Quant à un choix éventuel en faveur du Parti socialiste (PS), la présidente du MOC, Jeanine Wynants, et Georges Liénard fustigent la stratégie socialiste de « pêche à la ligne[23] », telle qu’elle est pratiquée à l’époque à l’égard de militants du MOC du RW et qui compromet tout débat collectif sur base du respect des mouvements. En d’autres termes, ils reprochent au PS, et à certains membres du MOC, de mener des rapprochements ciblés qui ne s’inscrivent pas dans le cadre d’une ligne de conduite collective et débattue démocratiquement au sein du mouvement. De surcroît, J. Wynants et G. Liénard rappellent un principe convenu apparemment depuis longtemps : « faut-il rappeler que le MOC ne reconnait pas dans son pluralisme le choix PS ? ».[24]

Sur le plan électoral, les élections législatives du 8 novembre 1981 se concluent par un net recul du PSC, miné par la guerre fratricide entre la DC et le CEPIC[25]. Son nouveau président, Gérard Deprez, s’emploie alors à réduire les « familles » à de simples tendances dénuées de structures autonomes, de recrutement et d’expression politique externe propres.[26] Au contraire du CEPIC, la DC ne se saborde toutefois pas : elle se restructure tout en prenant en compte les injonctions des instances dirigeantes du PSC.[27]. Au niveau politique, l’association des sociaux-chrétiens aux libéraux flamands et francophones au sein du gouvernement Martens-Gol marque une étape supplémentaire dans la crispation des militant.es du MOC à l’égard du PSC. Dès la déclaration gouvernementale du 18 décembre 1981, le recours aux pouvoirs spéciaux, voulu par les libéraux, est annoncé, en vue de réduire le coût des entreprises, de limiter les dépenses publiques, de restaurer l’équilibre financier de la sécurité sociale, de promouvoir les exportations et les commandes publiques et de diminuer la masse salariale globale de 3%. Bref, le gouvernement prévoit un menu qui rencontre très largement les priorités définies par la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB). Les conséquences pour les travailleurs et travailleuses sont lourdes : la liaison des salaires à l’indice des prix à la consommation est suspendue[28] ; les allocations sociales sont réduites ; les mesures fiscales bénéficient seulement à une frange de la population qui dispose déjà de moyens et hauts revenus.[29] La concertation sociale entre patrons et syndicats est en berne, y compris dans les entreprises.[30] Les dissensions entre le PSC et le MOC ne semblent jamais aussi prégnantes, tandis que le FDF et le RW, associés sur les listes aux élections législatives, reculent.[31] Le MOC se cherche alors un nouveau prolongement politique.

Concerter la base

Naturellement, la mission d’identifier et de construire ce prolongement politique est confiée au secrétaire politique, Georges Liénard. Au sommet du MOC, il est décidé d’entrer dans un processus de consultation des fédérations et des organisations constitutives. Le 18 novembre 1981, G. Liénard s’associe à Jeanine Wynants et Raymond Stélandre pour rédiger une note au bureau journalier du MOC, destinée à définir les « orientations pour la discussion dans les comités fédéraux à propos de l’action politique ». Sur la forme, le MOC a la volonté d’activer un débat, et non des interventions juxtaposées. Il prône donc des assemblées de vingt à trente personnes, où une majorité serait constituée de responsables et militant.es non permanents, par rapport aux responsables permanent.es. Sur le fond, il est notamment question d’évaluer le pluralisme du MOC, les pratiques de la DC au sein du PSC, du RW, du FDF et du PS, ainsi que les adhésions des militant.es chrétien.nes à ces partis/tendances. Les organisations sont également invitées à se prononcer sur l’existence d’un terrain politique propre et original à partir des critères « catholique » et « chrétien », ainsi que sur le rôle du MOC par rapport au politique. In fine, les militant.es doivent se positionner sur la légitimité d’une décision et d’une cohésion collectives à propos de ces questions, au terme d’un débat démocratique.[32]

Effectivement, le processus de consultation et, par la suite, de construction du mouvement est large et induit une implication personnelle des permanents du MOC très importante, et particulièrement du secrétaire politique :

Moins de trois mois après avoir esquissé les grandes lignes du débat démocratique, le conseil central dispose d’une synthèse des débats tenus en régions à propos de l’action politique du MOC et de son prolongement. Dans sa publication pionnière sur l’histoire de SeP, Thibaut Durant en détaille la teneur.[33] Il ne convient pas d’y revenir, si ce n’est à propos des enjeux liés au pluralisme. Car, sur le plan formel, les comités fédéraux et le bureau national de Vie Féminine prennent la peine de relayer au MOC national les différents points de vue exprimés lors des discussions entre militant.es et représentant.es d’organisations, tout en traçant de futures lignes d’action. Sur le fond, il se manifeste une incompréhension, des perceptions divergentes ou, le plus souvent, une insatisfaction à l’égard du pluralisme institutionnel pratiqué et reconnu par le MOC national depuis 1972.[34] Avec l’éparpillement des forces capables de concrétiser ses objectifs, le mouvement social est affaibli dans ses moyens de peser sur le politique. Pour autant, les comités fédéraux et le bureau national de Vie Féminine sont très loin de pousser unanimement à la création d’une nouvelle formation politique, quoique cette aspiration soit déjà bien implantée dans certaines franges des organisations (ex : milieu syndicaliste). En revanche, l’idée d’un mouvement politique recueille un assentiment plus ample.[35]

Pluralisme et mouvement : l’adhésion relative

Précisément, le MOC national décide de s’engager dans cette voie en créant « un mouvement politique, qui soit un lieu de rassemblement politique d’hommes et de femmes de toutes catégories sociales, qui saisissent l’importance des enjeux politiques, tant pour les travailleurs que pour tous les citoyens de ce pays, qui s’unissent pour approfondir leurs convictions et leurs options politiques, élaborer et exprimer leur programme, débattre et décider ensemble des formes et du débouché de leur action politique, et associer un nombre, – toujours croissant –, d’hommes et de femmes qui découvrent, avec eux, l’importance du combat politique et s’y engagent. Ce mouvement doit viser à rassembler dans la ligne des options fondamentales et des objectifs du M.O.C. tous les démocrates chrétiens, issus du M.O.C. ou liés au M.O.C., quel que soit l’endroit politique où ils se trouvent actuellement et sans exiger d’eux qu’ils s’en écartent au départ, mais aussi tous ceux qui, à l’extérieur de nos organisations, ou de nos « appareils », participent globalement au projet de société basé sur nos options fondamentales. (…). Ce que le mouvement politique proposé doit réaliser, c’est ce que, par nature, aucune de nos organisations ni le M.O.C. lui-même ne peut assumer, c’est-à-dire le rassemblement, – sur base d’affiliations individuelles –, d’hommes et de femmes, – membres et militants de nos organisations ou non –, en vue de l’organisation d’une action politique qui tienne compte de tous les dédales et toutes les stratégies politiques indispensables, dans la perspective de la mise en œuvre, sur le terrain spécifiquement politique, de nos objectifs et de notre programme ». Tels qu’ils sont définis ici, les contours du mouvement politique inscrivent le respect du pluralisme individuel en leur sein en y admettant toute affiliation personnelle de militant.e, issu.e ou non du MOC d’ailleurs. Les organisations du MOC n’y portent que leur caution et leur appui.[36] Car, celles-ci disposent de leur propre stratégie pour peser sur le politique, comme le rappelle Georges Liénard :

La décision de constituer un mouvement politique officialisée, des groupes de lancement sont installés dans chaque région. Ils ont pour vocation de réunir des militant.es du MOC et de ses organisations constitutives, des membres de la DC, du RW, du Mouvement d’Animation Politique-Groupement Politique des Travailleurs Chrétiens (MAP-GPTC), ainsi que des personnes extérieures à la tendance chrétienne.[37] Le processus de constitution de SeP réussit-il sur ce point ? Une analyse biographique permettrait d’y répondre. Mais, il semble que SeP n’ait attiré que peu de militant.es extérieurs au MOC.[38] Quoiqu’il en soit, l’assemblée générale constitutive de SeP du 26 mars 1983 réunit près de 1.700 militant.es. À ce moment, le mouvement peut compter sur près de 3.000 adhérents.[39] D’emblée, il entend définir son relais politique, au niveau des partis, avant la fin de l’année 1983, voire plus tôt en cas d’élections législatives anticipées.[40] Le 17 décembre, il se prononce en faveur de sa transformation rapide en parti politique.[41] À l’analyse, cette posture étonne, tant nombre d’organisations expriment des réticences, voire un refus à l’égard d’un pareil prolongement politique ; elle est même en opposition directe avec l’association de militant.es d’autres partis aux groupes de lancement du mouvement politique. Dans son discours appelant au lancement du mouvement politique, Raymond Stélandre incite lui-même à la prudence et à ne pas agir dans la précipitation.[42] Les organisations constitutives sont-elles déjà circonspectes quant à l’avenir du projet SeP à ce moment-là ? C’est probable au vu des déconvenues ultérieures.

Continuer la lecture de « Le pluralisme et l’urgence de SeP : Le dilemme du MOC »