Pages: • 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13Accueil

À la recherche de l'or noir :

Les travailleurs dans les charbonnages



Charbonnage du Gosson n°1. Cour intérieure.

«Dans les charbonnages, la durée du travail était de 12 heures. Les arracheurs de charbon travaillaient à marché: ils devaient extraire un certain nombre de m3 en une journée. Le travail à effectuer, appelé «pairay», variait suivant les difficultés rencontrées dans la taille.
Dès la tâche terminée, certains mineurs pouvaient remonter. Dans les charbonnages, l'expression «être payé à l'entreprise» désigne le travail à effectuer pour arriver à une poche de charbon. Il s'agissait de creuser un chemin dans la pierre: la galerie ainsi ouverte s'appelait «bacnure». Compte tenu de son modeste salaire, le travailleur avait peu de possibilités de varier son alimentation».



Siège Aumônier.
Lavoir à douches et vestiaire,
Annales des mines de Belgique
, Bruxelles, 1907.



Siège Aumônier. Lavoir à douches et vestiaire,
Annales des mines de Belgique
, Bruxelles, 1907.

La région liégeoise possède un des plus anciens sites charbonniers d'Europe. Le terme même de «houille» viendrait du liégeois «hoye».


Belle Fleur en démolition. Collection François Scalzo (Carhop)

Avec l'industrialisation, l'exploitation du charbon s'organise de manière systématique. Le nombre de travailleurs occupés dans les mines passe de 6.578 en 1812 à 19.387 en 1866 et à plus de 40.000 à la veille de la Première guerre mondiale.


Après la Seconde guerre mondiale, le déclin, inexorable, de l'industrie charbonnière s'amorce, sous l'impulsion notamment de la CECA. Dès les années 1950, les travailleurs organisent des actions de grève contre les fermetures des puits qui se multiplient, et dénoncent l'absence d'une politique cohérente du secteur. La dernière houillère du bassin liégois, celle de Blégny-Trembleur, cesse toute activité en 1980.


 

Pour en savoir plus :

GAIER, CL., Huit siècles de houillerie liégeoise. Histoire des hommes et du charbon à Liège, Liège, Éditions du Perron, 1988.

L'héritage des gueules noires de l'histoire au patrimoine industriel, Archives de Wallonie, Charleroi, 1994.

DE BRUYN, A., Anciennes houillères de la région liégeoise, Liège, Éditions Dricot, 2e éd. 1988.

DELWICHE, M. et GROFF, Fr., Les gueules noires, Bruxelles, Les Éperonniers, 1985.



Siège Bonne Espérance. Cabines -douches pour le personnel féminin de la surface. Annales des mines de Belgique, Bruxelles, 1907.


Siège Bonne Espérance.
Vestiaire du lavoir des mineurs,
Annales des mines de Belgique
, Bruxelles, 1907.

 


Siège Bonne Espérance.
Vestiaire et cabines-douches pour mineurs,
Annales des mines de Belgique, Bruxelles, 1907.

 

Pages: • 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13Accueil